Nos services

1. Les «Cliniques de Concertation» («C.d.C.»)

Les «Cliniques de Concertation» constituent le dispositif central des pratiques. Elles associent pratique clinique et expérience formative. Elles se déroulent à un rythme mensuel, à raison de demi journées ou de journées entières. Elles sont établies sur la base de conventions de deux années si possible, liant, sur un territoire identifiable, d’une part, soit un groupe informel de professionnels de l’aide, du soin, de l’éducation et du contrôle, soit une ou des associations, soit une ou des institutions, ou encore un pouvoir politique et, d’autre part l’Institut Liégeois de Thérapie Familiale ou une des associations nationales pour la «Clinique de Concertation».

2. Les «Concertations Cliniques» («C.C.»)

Les «Concertations Cliniques» sont organisées ponctuellement lorsque de nombreux professionnels de l’aide, du soin, de l’éducation et du contrôle, de nombreuses associations ou institutions sont mis au travail et «déconcertés» par une famille en détresses multiples. Dans ce cas, plusieurs professionnels sensibilisés aux pratiques thérapeutiques de réseau peuvent s’associer pour demander l’aide d’un «Clinicien de Concertation» qui gérera au moins deux séances cliniques où se rencontrent les usagers et les professionnels directement concernés.

3. Les Séminaires de Sensibilisation (S.d.S.)

De tels séminaires, d’une durée de un à trois jours, sont destinés à faire connaître, par des exposés théoriques succincts et des mises en pratique immédiates (études de cas dans le respect des règles éthiques développées dans les «Cliniques de Concertation»), les principes et les potentialités des «Cliniques de Concertation» et des autres dispositifs du Travail Thérapeutique de Réseau.

4. Les Formations (For.)

Des formations sont organisées dans plusieurs pays. Elles sont ouvertes à tous les professionnels de l’aide, du soin, de l’éducation et du contrôle désireux de se familiariser à une méthode de «Travail Thérapeutique de Réseau». Ces formations se déroulent à raison de treize journées réparties sur une année selon un programme établi. Elles donnent droit à une attestation de fréquentation. Elles font partie du cursus qui permet d’atteindre les différents niveaux de reconnaissance des «Cliniciens de Concertation».

5. Les Supervisions (et Intervisions) (S.(I.))

Des supervisions sont organisées dans plusieurs pays. Elles répondent à la demande de petits groupes, de deux à quatre professionnels familiarisés au «Travail Thérapeutique de Réseau». Leur rythme et leur durée font l’objet d’une négociation avec le groupe constitué. Elles sont centrées principalement sur l’étude de situations concrètes de «Travail Thérapeutique de Réseau».

6. Les Formations-Action (For.-A.)

Formation/Action au Travail Thérapeutique de Réseau soutenu par la «Clinique de Concertation» et la Thérapie Contextuelle (F/A au TTR soutenu par la«CdC» et la TC)

La F/A au TTR soutenue par la«CdC» et la TC réunit dans un même dispositif Formation, Thérapie et Recherche. Ce dispositif propose une intégration complète «qui laisse à désirer»(1). Il propose un espace multidimensionnel à des professionnels convoqués au travail de réseau par des situations familiales souvent (dis)qualifiées «d’indisciplinables», car complexes, instables, en crises chroniquesgraves et persistantes, «à haut risque de rupture ou d’effets négatifs quant à l’observance, la compliance, la stabilité et la qualité de vie des personnes(2)». Les partenaires de la santé mentale se retrouvent très souvent impliqués parmi ceux de l’aide, du soin, de l’éducation, du contrôle et de la culture.

La «Clinique de Concertation» et un de ses outils, le «Sociogénogramme», nous montrent que les familles en détresses multiples nous mettent plus souvent au travail par des «activations» adressées à une multitude d’intervenants et à un grand nombre de services de l’aide, du soin, de l’éducation, du contrôle et de la culture que par des «demandes» conformes aux exigences des services.Une étape indispensable du Travail Thérapeutique de Réseau est de (re)connaître la valeur de la force convocatrice des familles en détresses multiples, et de la traiter comme une dynamique déconcertante, certes, mais si l’on y regarde bien, légitime, utile et respectable.

La F/A au TTR soutenue par la « CdC » et la TC propose une pratique ouverte et  rigoureuse, étayée par la Thérapie Contextuelle, la psychanalyse, la Recherche/Action(3) et l’Approche Systémique. Elle se développe sur 5 à 10 journées par an, pour un nombre illimité de participants. Elles se déroulent à raison d’une journée entière par mois. Elles donnent droit à une attestation de fréquentation. La présentation et l’application des « Principes Régulateurs » sont assurées par un Clinicien de Concertation, en particulier dans les dispositifs à grande échelle ou à conflictualités peu praticables.

« La F/A au TTR soutenue par la « CdC » et la TC revendique une portée thérapeutique. Il ne s’agit en aucun cas d’un dispositif de coordination des compétences spécifiques de différents services « à cause et autour » d’un « patient », mais bien d’un dispositif thérapeutique construit «  grâce à et avec » les membres d’une famille, voire un clan, un groupe…. Les membres des familles sont invités à rejoindre les professionnels, et à participer dès les premières phases de la construction du « Travail Thérapeutique de Réseau ». La continuité du processus assuré par une « feuille de route », en font un travail thérapeutique à échelles variables.   (Dr J-M. Lemaire – son initiateur. Psychiatre, Thérapeute Familial, Clinicien de Concertation. Liège Belgique/ Paris, Nîmes France/ Martigny Suisse/Turin Italie/ Alger, Tizi Ouzou, Hassi Messaoud Algérie.)

Le dispositif fera l’objet d’une évaluation spécifique transversale qui sera construite de façon partenariale.

(1) Fontana Cristina, Strada Graciela,  Transcription d’un séminaire de Lacan : une expérience de cartel, Essaim 1/2001 (no7) , p. 161-169 (2) « De la démarche d’évaluation et de concertation territoriale vers les dispositifs intégrés. Expérimentation en Ile de France dans le domaine de l’autisme », Said ACEF,Jean-Yves BARREYRE et Thomas BOUQUET, Services d’accompagnement et de soins ; de la coopération à l’intégration? Revue Vie Sociale N°6-2014, p 26. (3) LEWIN, K. (2002). Une théorie du champ dans les sciences humaines. Paris, Vrin.

7. Le Soutien Institutionnel aux Pratiques de Concertation (S.Inst.)

Ce dispositif répond aux demandes d’une institution qui, partant de sa pratique institutionnelle proprement dite, souhaite s’intégrer dans le «Travail Thérapeutique de Réseau» et le promouvoir. Il implique d’emblée la volonté de considérer le travail de l’institution concernée comme une partie du «Travail Thérapeutique de Réseau» convoqué par une famille en détresses multiples, de reconnaître et valoriser les «champs de recouvrement inter-professionnels et interinstitutionnels» activés par les usagers. Elles sont établies sur la base de conventions de deux années si possible, liant l’institution et l’Institut Liégeois de Thérapie Familiale ou une des associations nationales pour la «Clinique de Concertation».

8. Modules spécifiques en «Clinique de Concertation»

Ces modules répondent aux demandes de groupes informels de professionnels de l’aide, du soin, de l’éducation et du contrôle, d’associations, d’institutions, ou encore d’un pouvoir politique qui souhaitent une information sur une application spécifique de la «Clinique de Concertation». Ils s’étendent sur trois jours qui peuvent être groupés ou échelonnés sur une durée d’un mois à un trimestre. Les modules de base sont directement accessibles, les modules nécessitant une sensibilisation préalable sont proposés après qu’un module de base ait été effectué par les participants.

Il existe deux sortes de modules spécifiques:

8.1. MODULES DE BASE8.2. MODULES NÉCESSITANT UNE SENSIBILISATION PRÉALABLE
X